Actualités

Journées du Patrimoine,
visites de la station d’épuration de Limoges Métropole

940 463 Evelyne GAUTHIER

Découverte de la station d’épuration principale

La station d’épuration ouvrira ses portes le dimanche 18 septembre de 9h à 12h30 et de 14h à 17h30 pour des visites guidées inscription obligatoire

Au programme :
  • Présentation de la gestion du cycle de l’eau
  • Présentation des procédés épuratoires et des ouvrages
  • Test de floculation/décantation
  • Démonstration du camion de curage et de l’inspection caméra des réseaux.

En savoir plus sur le site de Limoges Métropole

Les travaux de la station continuent même en cette période estivale

1024 682 Evelyne GAUTHIER

La station nouvelle génération commence à prendre forme.

Au niveau de la filière boues, afin de préparer la mise en place des nouvelles centrifugeuses, il faut démonter les anciens filtres presse du bâtiment de déshydratation.

1- Filtres presse

Mais le traitement des boues ne peut pas être arrêté, il doit continuer à fonctionner.
La solution : une unité mobile de déshydratation équipée d’une centrifugeuse!
Cette solution provisoire, permet de traiter la totalité des boues de la station et de les évacuer vers les filières de valorisation habituelles.

2 – Unité mobile de déshydratation
3 – Unité mobile de déshydratation

Au niveau de la filière eau, de nouvelles passerelles d’accès ont été ajoutées sur les 2 bassins biologiques.

4 – Nouvelles passerelles
5 – Nouvelle passerelle

LE MÉTROPOL N°78 FAIT UN ZOOM SUR LES TRAVAUX DE LA STEP

933 643 Evelyne GAUTHIER

Rue de Nexon à Limoges, le chantier bat son plein. D’ici quelques mois, la STEP de nouvelle génération sera mise en service. Construite à la fin des années 1960 puis agrandie en 2000, la principale station d’épuration des eaux usées de Limoges Métropole n’a cessé d’évoluer en s’adaptant à la croissance démographique du territoire et aux enjeux environnementaux.
Bien qu’elle reste un équipement de qualité qui respecte encore les normes de rejet en milieu naturel, la STEP renforcera son exemplarité avec l’installation de nouvelles technologies. Son fonctionnement a été entièrement repensé pour permettre son optimisation énergétique.

Interview
de Jacques GRAND

995 602 Evelyne GAUTHIER

jacques grand
est chef de service exploitation
des stations d’épuration de limoges métropole

Le chantier de modernisation, de sécurisation et d’optimisation énergétique de la station d’épuration principale est en cours, où on est-on aujourd’hui après 1 an de travaux ?

Cette première année de travaux a déjà profondément modifié l’aspect de la station principale que nous connaissions….
Les travaux ont débuté avec la modification par EIFFAGE Energie du réseau électrique existant qui a nécessité entre autres la construction de nouveaux locaux électriques.

Dans le même temps la société SADE procédait au passage des gaines pour les réseaux secs ainsi que la mise en place des plus grosses canalisations structurantes de liaison hydraulique entre les ouvrages.

Le début de l’été 2021 a vu la démolition par EIFFAGE Génie-Civil de l’ancienne file de traitement biologique datant de 1969 ainsi que l’entrée en lice de la société WOLF en charge de la construction de tous les ouvrages circulaires.

Cette période a débuté par la construction des premiers ouvrages béton importants : puits du nouveau clarificateur, les deux bâches de stockage des boues, les décanteurs primaires.

Entre temps deux nouveaux dégrilleurs fins plus performants (élimination des déchets contenus dans les eaux usées type lingettes, feuilles, plastiques, etc.) ont été installés par la société SOURCES en octobre. Ceci permettra d’améliorer le traitement des eaux usées en évitant les déversements intempestifs dans le milieu naturel, notamment lors d’épisodes pluvieux intenses.

Quelles-ont été les principales difficultés jusqu’à maintenant ?

Durant ces premiers 12 mois si on devait choisir parmi les principales difficultés d’un tel chantier, j’en choisirais deux :

La première difficulté est bien entendu la réalisation de travaux dans un site en activité. Le challenge étant de faire cohabiter des entités qui ne visent pas forcément des objectifs similaires et qui n’ont pas les mêmes contraintes :

  • D’un côté la station de traitement a pour priorité de rejeter dans le milieu naturel de l’eau traitée qui répond à une réglementation et à des normes de rejet strictes.
  • De l’autre, l’objectif du titulaire du marché est de réaliser les travaux dans le budget attribué et dans le délai prévu par contrat tout en respectant les garanties inscrites au cahier des charges défini par Limoges Métropole

La seconde difficulté réside dans l’intégration des nouveaux ouvrages au milieu d’autres déjà construits…et surtout dans un sous-sol déjà bien encombré par des canalisations d’eau, des câbles électriques haute-tension ou des canalisations de gaz.

Pour prévenir les risques Limoges Métropole a mandaté pour toute la durée du chantier un coordinateur de sécurité et de protection santé (cabinet DUBOC) ainsi qu’un contrôleur technique (Groupe Qualiconsult) auxquels il faut ajouter la surveillance accrue du maitre d’œuvre (Egis Eau) ainsi que la parfaite connaissance du site et la vigilance permanente des équipes de la station.

Ces contraintes importantes pouvant aboutir par moment à créer quelques tensions…….

Quelles sont les prochaines échéances ?

Se profile maintenant pour le 1er semestre 2022 la fin de la construction des ouvrages en béton : bâches à boues, bâtiment boues, décanteur primaire. Dans le même temps va débuter la réalisation du nouveau digesteur de boues de 2100 m3, de l’épaississeur de boues, de la refonte de l’ouvrage de recirculation/dégazage et du clarificateur supplémentaire.

S’ensuivront sur ces nouveaux ouvrages les interventions de second œuvre ainsi que la mise en place des premiers équipements électromécaniques.

Autre étape importante : la mise en place d’un traitement de purification du biogaz produit à partir de la méthanisation des boues afin de pouvoir injecter le biométhane dans le réseau public de GRDF.

Il faudra attendre fin 2022/début 2023 pour assister aux premières mises en service, à la réhabilitation des deux bassins biologiques et à la première injection de biométhane qui devrait intervenir au printemps 2023.

Démantèlement d’une partie de la filière historique

1024 683 Evelyne GAUTHIER

La station d’aujourd’hui est constituée de la station historique de 1969, et la station moderne de 2000. Pour rationaliser et optimiser le fonctionnement de la nouvelle station, il faut donc supprimer la station historique qui occupe plus de la moitié du foncier bâti, mais qui ne traite que 15% de la pollution entrante.
Nous vous invitons à suivre en image cette étape importante du projet

Première pierre de la nouvelle Station d’épuration

1024 768 Evelyne GAUTHIER

Le 15 décembre 2020 a eu lieu la pose de la première pierre des travaux de modernisation de la station d’épuration principale de Limoges, en présence de Guillaume Guerin, président de Limoges Métropole, des élus communautaires en charge du cycle de l’eau et l’Agence de l’Eau Loire Bretagne, co-financeur du projet.

LE MéTROPOL consacre un dossier
à la nouvelle station d’épuration

677 526 Evelyne GAUTHIER

Optimisation de la consommation électrique, création de ressources énergétiques issues de la valorisation des boues et confinement des ouvrages pour éviter les nuisances olfactives et sonores, les travaux de modernisation de la station d’épuration de Limoges sont lancés. Il se termineront fin 2023.

Téléchargez le numéro complet

Interview
de Claude Brunaud

1024 665 Gilles Papon

Claude Brunaud
est conseiller délégué
en charge de la gestion et de la réhabilitation
de la station d’épuration principale
de Limoges Métropole

Que ce soit pour un usage domestique ou industriel, nous sommes responsables de la ressource hydrique et de la gestion du cycle de l’eau. Afin d’en préserver la qualité et sa quantité, nous devons être performants en traitant de manière efficace les eaux utilisées puis rejetées. Cela fera bientôt 50 ans que certains équipements de la station d’épuration principale de Limoges Métropole ont été installés et exploités avec de régulières évolutions.

Cette nouvelle modernisation d’importance des process va nous permettre d’être toujours aussi performants, capables d’anticiper les évolutions en terme de normes de rejets, tout en réalisant des économies de fonctionnement grâce à des installations moins énergivores. Aussi, cette STEP utilisera moins de réactifs pour traiter l’eau usée et valorisera les boues en biométhane injecté.

Selon moi, nous, élus, mais aussi citoyens, devons être très vigilants et exigeants dans la manière dont nous gérons l’eau et les milieux associés. Cette ressource se raréfie, même dans un écosystème aussi privilégié que le nôtre. »

Interview
de Olivier Raynard

1024 578 Gilles Papon

Olivier RAYNARD
est Directeur de la Délégation Poitou-Limousin
Agence de l’eau Loire-Bretagne

pour Limoges Métropole

En quoi la nouvelle station
va permettre d’être plus éco-responsable ?

La station d’épuration de Limoges a été classée prioritaire par l’agence de l’eau en raison de son impact sur le milieu naturel récepteur. Elle représente aujourd’hui 75% des pressions liées aux rejets domestiques et industriels sur la Vienne entre le Palais- sur-Vienne et Saint-Junien.

Une partie importante des 900 km de réseaux raccordés à la station d’épuration a un caractère unitaire lié à l’urbanisation historique de la ville (absence de séparation des eaux usées et eaux de pluie qui se retrouvent mélangées). Un réseau unitaire a tendance à stocker la pollution par temps sec (dépôts) et à la relarguer lors d’épisodes pluvieux. La future station, en cours de modernisation, pourra absorber davantage de ces effluents domestiques entraînés par les pluies.

Comment valoriser
nos eaux usées sur le territoire ?

À ce jour, la problématique est plutôt liée au traitement des eaux usées, de manière économe et efficace. Tout d’abord en milieu rural, l’agence de l’eau encourage la mise en place d’assainissements non-collectifs moins coûteux et moins impactant sur le milieu naturel à travers des rejets plus diffus.

Dans les bourgs et gros villages, des solutions rustiques collectives (filtrations sur du sable et plantés de roseaux,…) sont favorisées car simples à entretenir et tout de même efficaces. L’assainissement des collectivités plus importantes (supérieures à 2000 équivalents habitants) a plutôt recours à des systèmes de stations de type « Boues activées » pour leur efficacité supérieure notamment sur les nitrates et le phosphore. L’efficacité d’un système d’assainissement est liée au bon fonctionnement mutuel du réseau d’assainissement et de la station d’épuration.

Afin de préserver la ressource en eau,
quels doivent être les nouveaux modes de gestion ?

Dans un contexte de changement climatique, nos modèles d’aménagement des villes et des campagnes, et notre vision du partage de l’eau doivent aussi évoluer. Il s’agit de faire en sorte d’infiltrer les eaux pluviales au maximum à la source, au lieu de les évacuer via des canalisations. De nombreuses techniques existent : chaussées filtrantes, zones d’infiltration des eaux de gouttières lorsque la perméabilité du sol le permet, création de noues végétalisées… permettant une rétention des eaux de ruissellement.

Réduire l’usage de produits domestiques, artisanaux ou industriels polluant, en les substituant par des produits qui le sont moins, est aussi une solution qui permet de réduire les pollutions à la source.

Mais, il faut aussi aujourd’hui réfléchir aux futurs partages pour que les rivières ou plans d’eau aient suffisamment d’eau et de bonne qualité, et pour que les différents usages de l’eau (domestiques, industriels, agricoles…) puissent s’adapter au changement climatique avec la ressource en eau de demain.

C’est le sens de l’étude stratégique sur la préservation de la ressource en eau que l’agence de l’eau finance avec le département de la Haute-Vienne et à laquelle participe Limoges Métropole.

Interview
de Guillaume Guérin

1024 576 Gilles Papon

Guillaume Guérin
est Président de Limoges Métropole

La station d’épuration principale de Limoges, construite dans les années 70, située rue de Nexon, assure le traitement des eaux usées de 90 % des effluents générés sur le territoire de Limoges Métropole avant de les rejeter dans la Vienne. Cette station dimensionnée pour 285 000 équivalents-ha­bitants, capacité tenant compte des rejets liés à l’activité économique, concerne les secteurs urbanisés de Limoges, Rilhac-Rancon, Le Palais sur Vienne, Panazol, Feytiat, Condat-sur-Vienne, Isle, Couzeix ainsi que la commune de Bosmie-l’Aiguille.

Soucieux de maintenir cette qualité de vie qui caractérise notre territoire communautaire, nous veillerons particuliè­rement à ce que le projet de modernisation de la station d’épuration de Limoges puisse être compris et accepté de tous. Une partie des ouvrages en génie-civil qui la constituent atteindra bientôt 50 ans d’âge et certains équipements élec­tromagnétiques arriveront prochainement en limite d’âge, nécessitant de prévoir leurs prochains renouvellements.

La nouvelle station devra s’adapter à la croissance démogra­phique de notre territoire et aux enjeux environnementaux et énergétiques en présence, dans l’optique de rendre effective en 2023 une STEP dont la consommation sera faible et la valorisation importante.

Mettre en œuvre une installation respectueuse de ses ri­verains, sécurisée et performante, en évitant les nuisances olfactives et sonores, sécuriser la qualité du rejet dans le milieu naturel, préserver les espaces verts existants, optimiser les consommations électriques et réduire les consommations de réactifs sont les enjeux majeurs de ce projet. Un investissement global de 12,8 M€ HT pour Limoges Métropole (travaux, études, etc.) auquel s’ajoutent 13,5 M€ HT de l’Agence de l’Eau.

Avec ce projet, une nouvelle fois notre territoire se montre exemplaire en matière environnementale dans le but d’amé­liorer votre cadre de vie au quotidien.

  • 1
  • 2